Conduite en ville avec prudence

mercredi 6 février 2008 par Webmaster Agir64

LA CONDUITE EN VILLE

En ville, beaucoup d’obstacles arrivent de côté (piétons, deux roues, portières qui s’ouvrent) et se combinent avec la signalisation et les intersections.

La vitesse doit être adaptée à l’environnement urbain car nul est à l’abri de ses propres erreurs et de celles des autres conducteurs qui peuvent éventuellement brûler une priorité ou un feu rouge. Les changements de files trop tardifs ainsi que l’absence de clignotants sont dangereux. Le conducteur veillera à ne pas s’engager dans un carrefour ou sur un passage clouté s’il risque d’être immobilisé. Cela pourrait bloquer la circulation.

STATIONNEMENT : Les trottoirs sont réservés aux piétons et aux poussettes. Les véhicules n’y sont pas admis en stationnement. Si la rue est en pente, les roues devront être tournées vers le trottoir.

LE PIÉTON : Un piéton engagé sur un passage piéton est toujours un piéton prioritaire. Les conducteurs doivent ralentir à l’approche des passages protégés. ■

L’ENFANT PIÉTON : Face à la circulation, un enfant ne réagit pas comme un adulte. L’enfant met 3 à 4 secondes à distinguer un véhicule à l’arrêt d’un véhicule en mouvement (contre 1 seconde pour un adulte). Son champ visuel est limité et sa petite taille l’empêche de voir par dessus les voitures, mais aussi le cache des automobilistes. De surcroît, il ne reconnaît pas les signaux sonores de danger. C’est à l’adulte de modifier son comportement et de lui apprendre la rue. L’adulte devra donc l’empêcher de courir et lui donner la main pour traverser. Il est important qu’il lui montre l’exemple en s’arrêtant toujours au bord du trottoir, en regardant bien des deux côtés avant de traverser et en respectant les passages piétons et les feux rouges (reconnaissance du “bonhomme vert”).

MOTOCYCLETTE ET CYCLOMOTEUR : Les motards et les cyclomotoristes sont également des usagers vulnérables en ville. Il est rappelé aux motocyclistes et cyclomotoristes que le port du casque est une protection minimale obligatoire. Des vêtements de signalisation et de protection adaptés à la conduite de ces véhicules sont vivement conseillés.

BICYCLETTE : Les cyclistes, eux aussi, sont particulièrement vulnérables et doivent être positionnés clairement sur la chaussée. Le cycliste veillera à ne pas circuler trop près des trottoirs ou des voitures en stationnement et à faire attention aux portières qui s’ouvrent, aux voitures qui déboîtent ainsi qu’aux enfants qui débouchent entre deux véhicules. Il sera particulièrement attentif aux mouvements des voitures afin de prévoir tout virage ou démarrage et maintenir sa trajectoire sans slalomer entre les véhicules. Aux intersections, il convient d’éviter de s’arrêter le long d’un camion ou d’un bus, en dehors du champ de vision du conducteur. L’idéal est au contraire d’être vu et d’utiliser le sas de sécurité qui permet de se positionner à l’avant des véhicules.

Le cycliste affirmera ses intentions en prenant sa place sur la chaussée et en tendant le bras pour indiquer qu’il va tourner (surtout à gauche). De plus, dans les carrefours difficiles, il pourra préférer les passages protégés ou descendre de son vélo. En tout état de cause, l’anticipation des mouvements est utile et un avertisseuronore nécessaire.

L’éclairage : le cycliste doit être visible. Dès la tombée du jour, sa vie dépend de son éclairage. Tout vélo doit être muni d’équipements rétroréfléchissants ou de catadioptres en nombre suffisant depuis 1997. Le cycliste peut utiliser des vêtements de couleur claire, autocollants ou des brassards fluorescents.

PERSONNES ÂGÉES : Les personnes âgées représentent 25 % de la population et 27 % des tués. Parmi les piétons tués, 2 sur 5 sont des personnes âgés. La sécurité n’a pas d’âge. Les plus de 65 ans deviennent plus vulnérables face à la conduite, mais l’âge n’est pas un handicap qui interdit de conduire. Les effets du vieillissement portent sur 3 axes : - La vision, les personnes âgées ont plus de difficultés à évaluer les distances, leur champ de vision latéral se rétrécit. - L’audition, qui ne donne plus correctement l’information sonore et qui ne permet plus de percevoir un danger proche. - La motricité, et les capacités de réaction : les réflexes diminuent mais aussi, la mémoire et l’attention avec des difficultés de concentration.

Une voiture dotée d’une boîte automatique et d’une grande surface vitrée est mieux adaptée aux besoins des personnes âgées. Le respect et une bonne appréciation des distances entre les véhicules et de leur vitesse sont des éléments de sécurité importants de ces conducteurs. Les carrefours très complexes, la conduire de nuit ou pendant les heures de pointe sont à éviter pour les conducteurs appartenant à cette classe d’âge. ■


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 734425

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSComportement RSSPartage de la route   ?

Creative Commons License